Optimiser son blog pour le référencement naturel

Optimiser son blog pour le référencement naturel

Écrire pour le web nécessite à la fois un style particulier et des méthodes à suivre pour répondre aux exigences de Google, leader en France. L’objectif : apparaître sur la première page du moteur de recherche ! C’est ce qu’on appelle le SEO ou “Search Engine Optimization”. Je vous livre ici quelques astuces pour optimiser son blog pour le référencement naturel.

C’est quoi, l’optimisation pour le référencement naturel ?

Une définition du SEO

Quand on parle de référencement, on parle des pages indexées par Google. Pour améliorer leur positionnement, c’est-à-dire leur classement dans la SERP (page de résultats sur le moteur de recherche), on va appliquer différentes règles de SEO.

Le SEO, ou optimisation pour le référencement naturel, se base sur 3 grands piliers :

  • La conception technique du site ;
  • Le contenu rédactionnel ;
  • Les liens entrants, appelés « backlinks ».

Les deux premiers piliers correspondent au SEO on-page. Il s’agit de l’accessibilité de votre site, de sa vitesse, de son affichage sur mobile… et de la structuration de vos pages. Les liens entrants font partie du SEO off-page.

L’optimisation consiste à mettre en œuvre toute une série de critères pour plaire aux algorithmes de Google. Si certains sont tentés de les manipuler (c’est ce qu’on appelle le black hat), il existe nombre de techniques pour optimiser votre site de façon loyale et honnête, en white hat.

Dans cet article, je vous propose essentiellement des astuces sur la partie rédactionnelle.

Le fonctionnement de Google

Google se fixe comme objectif de répondre de la manière la plus juste qui soit aux interrogations des internautes. Pour se faire, il utilise des robots qui explorent (dans le jargon, on parle de crawler) le web 24 h sur 24. Google bot suivrait pas moins de 20 milliards de sites par jour ! Il s’attarde sur 3 critères de classement :

  • L’autorité (est-ce qu’on parle de moi sur le web ?) ;
  • La cohérence (mon contenu est-il de qualité ?) ;
  • L’optimisation technique (mon site est-il rapide, ergonomique, etc ?).

Lorsqu’il “crawle” votre site internet, le robot utilise des filtres algorithmiques qui garantissent la qualité des liens. On en dénombre pas moins de 200 ! Par exemple, le filtre Panda détecte les pages de faible qualité. Le filtre Penguin, les liens de faibles qualité. Vote site web comprend du texte plagié ? Des pages à moins de 50 mots ? Des ancres imprécises ? Il y a de fortes chances que ces Google leur attribue un faible score de pertinence.

D’autres sanctions, appelées “actions manuelles”, peuvent être attribuées directement par l’équipe Google. Si vous recevez un message via votre Search Console, il s’agira de répondre à la demande et corriger les erreurs repérées par le moteur.

Optimiser son blog pour le SEO

Optimiser son blog pour le référencement naturel : rechercher les bons mots-clés

Le mot-clé, la base du SEO

L’optimisation commence avec la recherche de mots-clés. Vos articles de blog doivent en effet traiter d’un seul et même sujet et répondre aux questionnements de votre persona. On appelle cela la “requête principale” : ce sont les mots que l’internaute va taper dans la barre de recherche Google.

On distingue différents types de mots-clés :

  • Les mots-clés de marque (nom de l’entreprise, du produit) ;
  • Les généralistes (1 mot) ;
  • Les mots-clés d’information ou les questions (comment, pourquoi ?) ;
  • Les requêtes d’intention, formulées avec un verbe d’action (acheter, trouver, réserver…) ;
  • Les mots-clés locaux, qui correspondent à la zone géographique.

Des requêtes moins concurrentielles sont recommandées pour se positionner plus facilement sur la SERP. On appelle cela la longue traîne. Il s’agit souvent de questions ou de mots-clés très précis (mots-clés d’information), qui génèrent peu de recherche mais une audience de qualité. 80 % du trafic sur Google se baserait sur ce type de recherches !

Des outils pour trouver vos mots-clés

Voici quelques outils pour trouver des idées de mots-clés :

  • Answer the public ou Also Asked vous permettent, à partir d’un mot-clé, de déterminer un angle d’attaque basé sur des questions.
  • Google Suggest est un outil simple mais efficace. Vous savez, ce que le robot de Google vous suggère quand vous tapez une requête ? Ces mots-clés, basés sur les recherches les plus courantes des internautes, la position géographique et l’actualité web, peuvent vous inspirer pour vos prochains sujets. La fonction « allintitle:requête » dans la barre de recherche vous donne le nombre de pages web dont le mot-clé apparaît dans le titre. Très utile !
  • Buzzsumo vous donne la liste des contenus les plus partagés sur une thématique précise.
  • Ubersuggest ou Google Ads : ces outils vous proposent des idées de mots-clés en fonction du volume de recherche généré.

En rédaction web, chaque page possède une requête principale et des requêtes secondaires. Elles traitent du même sujet mais sous un angle différent. Un champ sémantique développé viendra enrichir votre texte et permettre à Google de comprendre parfaitement de quoi il s’agit !

Optimiser ses articles pour le référencement

Les essentiels de l’écriture web

Le contenu d’un article de blog

Pour être visible et lisible, votre article de blog contient différents éléments :

  • Un titre accrocheur, qui suscite la curiosité ou se veut utile pour l’usager ;
  • Un chapô pour l’ouverture, comprenant l’idée clé ;
  • Une photo ;
  • Un premier sous-titre ;
  • Du texte aéré ;
  • Éventuellement un appel à l’action (“Call To Action” : bouton de téléchargement d’un guide,
    lien vers une autre page, abonnement à votre newsletter…) ;
  • Un deuxième sous-titre (et ainsi de suite).

En guise de conclusion, un résumé sous forme de liste permet de garder l’essentiel de votre message, surtout si votre article contient plus de 1000 mots. N’hésitez pas, également, à interpeller votre lecteur pour clôturer votre propos.

Quelques astuces pour améliorer son écriture web

L’écriture web se caractérise par un style direct, avec des éléments qui vont assurer la facilité de lecture. Voici quelques astuces pour optimiser votre écriture sur le web :

  • Utilisez la technique de la pyramide inversée. Il s’agit de donner les informations essentielles dès le début du contenu en répondant aux questions fondamentales « Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? ». Le but est d’attirer l’attention de l’internaute en lui fournissant les informations qu’il recherche.
  • En rédaction web, les « zones chaudes » sont les zones les plus regardées par l’internaute : il s’agit de l’URL, du titre, du chapô, des liens et des images. Veillez à soigner ces éléments !
  • Évitez les verbes passe-partout tels que permettre, faire ou avoir.
  • Alternez les phrases longues et les phrases courtes. 1 phrase = 1 idée !
  • Écrivez des paragraphes courts et espacés
  • Harmonisez vos sous-titres (tous conjugués ou à l’infinitif) 
  • Pensez à aller au plus simple et insuffler du rythme dans votre article.
  • Dans votre titre, préférez les chiffres impairs et pas ronds, plus porteurs sur le web

Pour vous aider lors de votre relecture, posez-vous les questions suivantes : mon contenu est-il utile à mon audience ? Est-il inspiré par des données ? S’adresse-t-il directement au lecteur ?

Besoin d’aide pour optimiser vos articles de blog ?

Optimiser son blog pour le référencement naturel : les recommandations SEO

L’optimisation du contenu rédactionnel pour Google comprend un ensemble de règles à appliquer à chaque publication d’article.

La structuration des balises

Les balises font partie intégrante des critères du SEO. Ne les négligez pas ! En premier lieu, soignez votre balise H1. Il s’agit du titre éditorial de votre article. Composé de 5 à 10 mots (sans les mots de liaison), il reprend votre requête principale. Les mots les plus importants trouveront leur place en début de phrase.

Les balises suivantes (H2, H3) structurent le contenu éditorial et permettent à Google de comprendre votre propos. Votre requête principale devra apparaitre au minimum dans un ou deux H2. Les autres balises Hn (H2, H3) comprennent les requêtes secondaires et le champ sémantique de l’article.

La balise Title est celle qui apparait dans la page de résultat de Google. D’une longueur de 7 à 10 mots descriptifs, elle doit inciter au clic ! Si vous utilisez WordPress, sachez que le titre de l’article est en fait le H1, repris par défaut en Title. Si vous souhaitez modifier ce dernier, n’hésitez pas à télécharger le plugin Yoast.

Ce plugin est également essentiel pour renseigner sa méta-description. Cette balise, qui ne fait pas partie des critères de pertinence de Google, apparait dans les résultats du moteur de recherche. Elle doit inciter au clic, avec une description de 160 signes maximum. Intégrez dans ce texte la requête principale !

La présence de liens

Google aime les liens. Mais pas n’importe lesquels ! Pour optimiser votre blog pour le référencement naturel, vous devez impérativement créer des liens internes. 2 à 3 sont l’idéal. Pour aller plus loin sur le sujet de votre article, intégrez également 1 à 3 liens externes, vers des sites d’autorité de préférence.

Les liens entrants, ou backlinks, sont également l’un des piliers du SEO. Un article complet pourrait y être consacré ! Il s’agit de liens provenant d’autres sites qui pointent vers votre article. Ces liens doivent provenir de sites de qualité qui traitent d’une thématique équivalente.

Pour obtenir vos premiers backlinks, vous pouvez :

  • Créer du contenu utile (article, infographie, liste de ressources…) susceptible d’être cité par de potentiels partenaires ;
  • Identifier des blogueurs du secteur et leur proposer un article invité qui inclut votre nom et l’adresse de votre site ;
  • Faire de l’échange de lien avec vos partenaires : je partage, tu partages.

Optimiser son blog pour le référencement naturel : autres recommandations

L’ensemble des images utilisées sur votre article doivent être optimisées. Veillez à ce qu’elles portent un titre intelligible sur votre ordinateur avant de les charger, de type “mon-image.jpg”. Une fois intégrées, renseignez impérativement la balise Alt, prise en compte par les moteurs de recherche. Elle doit décrire l’image et enrichir sémantiquement le contenu de la page. Pour l’image à la une, vous pouvez reprendre l’intégralité de votre Title.

Travaillez également votre chapô en y intégrant le mot-clé principal et d’autres termes du champ sémantique. 2 à 3 phrases doivent suffire pour rappeler les éléments importants de l’article et accrocher le lecteur. La requête principale devra également apparaître dans votre URL, en retirant les mots de liaison.

Vous devez impérativement publier à une fréquence régulière. Les robots d’indexations vont repérer cette fréquence pour venir crawler votre contenu. Vos articles doivent contenir un minimum de 500 mots. Vous pouvez intégrer des mots en gras (dont la requête principale, 1 à 2 fois dans l’article) pour les mettre en valeurs à la fois pour l’internaute, mais aussi pour Google qui reconnaît la balise.

Surveiller ses statistiques

Enfin, il est indispensable que vous connectiez votre site à Google Analytics et Google Search Console. Voici quelques exemples de KPI à surveiller chaque mois, en fonction de vos objectifs :

Améliorer votre notoriété, c’est-à-dire faire connaître votre structure auprès de votre public cible sur votre site :

  • Nombre de visiteurs uniques
  • Nombre de lectures : combien de personnes ont cliqué sur votre page web

Mesurer la pertinence de vos contenus

  • Nombre de liens entrants
  • Nombre de pages vues par session
  • Taux de rebond : taux de visiteurs qui ne poursuivent pas leur navigation après la première page

Acquérir de nouveaux clients/adhérents/donateurs

  • Nombre d’inscrits à votre newsletter
  • Téléchargements de vos ebooks et cas clients
  • Nombre de ventes

Fidéliser

  • Taux de fidélisation (nombre de visiteurs revenants divisé par nombre de nouveaux visiteurs)
  • Taux d’ouverture et taux de clic de vos mailings

Une formation à Google analytics et aux rudiments de la Search Console vous permettront de maîtriser au mieux les enjeux de ces différents indicateurs.

Optimiser son blog pour le référencement naturel est un processus lent et qui peut sembler complexe. Pour autant, quelques règles simples permettent de créer des contenus de qualité pour les moteurs de recherche mais aussi pour les internautes. N’hésitez pas à expérimenter, c’est l’une des bases du SEO !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *