journalisme-impact

Journalisme de solutions : ma sélection de médias

Le journalisme de solutions s’est largement développé ces dernières années. Son ambition : rééquilibrer la part d’informations positives dans les médias et apporter des solutions concrètes aux problématiques d’aujourd’hui et de demain. Je vous explique cette tendance et vous propose une sélection de médias qui explorent ce journalisme alternatif.

Qu’est-ce que le journalisme de solutions ?

Une définition complexe

Le sujet, déjà bien connu dans le monde anglo-saxon, est porté en France par l’association Reporters d’Espoir, qui promeut cette pratique somme toute assez récente dans la profession. Il « identifie, analyse et traite de manière journalistique des initiatives répondant à des problèmes économiques, sociétaux ou environnementaux. » selon la définition de l’association. L’objectif : proposer un éveil à l’engagement et à l’implication citoyenne mais aussi contrebalancer le poids des informations négatives dans le paysage médiatique.

« Le journalisme ne devient plus seulement un moyen de lancer l’alerte, mais d’être constructif. Il ne s’agit pas de faire du journalisme « positif », mais d’informer et responsabiliser les gens en leur donnant les clés d’agir et en dressant une analyse plus complète du sujet. Le but n’est donc pas de faire la promotion d’innovations positives, mais d’étudier dans leur ensemble les moyens mis en œuvre à l’échelle locale pour répondre à une situation problématique. » – Nina Fasciaux, responsable en Europe pour le Solutions Journalism Network.

Un journalisme alternatif

Les détracteurs diraient qu’évoquer les belles histoires ne relève pas du journalisme. Pourtant, au-delà de s’attarder sur les côtés positifs d’un sujet, il questionne, interroge, ouvre le débat et contrebalance le propos. Tout est question d’équilibre entre les nouvelles négatives et les solutions qui y sont apportées ! Pour éviter de tomber dans le militantisme ou, à l’inverse, dans le marketing, le journaliste doit ainsi repérer des initiatives, vérifier leur pertinence et enquêter sur leur bien fondé dans un autre contexte. Un véritable travail d’investigation.

Aujourd’hui, le journalisme souffre d’un manque de confiance de la part des publics. L’infobésité conjuguée à la morosité des actualités poussent le public à s’éloigner de plus en plus des médias traditionnels. Certains d’entre eux ont compris les enjeux de cette réalité et ont dédié des rubriques voire leur ligne éditoriale toute entière au journalisme de solutions.

journalisme-solutions

Le journalisme de solutions dans la presse traditionnelle

Du côté de la presse écrite

Plusieurs titres de presse français jouent le jeu du journalisme de solutions. Premier de la lignée : Libération, avec son Libé des solutions. Cette édition annuelle se consacre aux idées innovantes en réponse aux différentes crises actuelles. D’autres, tels le Figaro ou Mon quotidien, participent chaque année à l’Impact Journalism Day crée par la fondation Sparknews. Ce mouvement, constitué de plus de 50 médias internationaux, met en lumière des actions concrètes ayant un impact social ou environnemental avéré.

La rubrique Web Figaro Demain a justement été conçue pour pérenniser les sujets traités lors de cet événement. D’autres grands noms de la presse écrite nationale ou locale se sont emparés du sujet, tel le Huffington Post, avec sa rubrique Ça marche. Autre cas évocateur, celui de Nice Matin. En 2014, suite à un redressement judiciaire, les salariés ont racheté le journal et ont créé un support 100 % journalisme constructif pour leurs abonnés. Les lecteurs votent pour les sujets qui les intéressent et sont partie prenante du projet. Une vraie réussite, puisque le nombre d’abonnés a augmenté de plus de 70 % en 1 an !

À la radio aussi

Du côté des radios, France Inter tire son épingle du jeu avec ses émissions L’esprit d’initiative ou Carnets de campagnes, à la découverte des initiatives les plus inspirantes. Europe 1 a également développé une émission autour de ce thème : La France bouge. Cette quotidienne part à la rencontre de citoyens engagés aux 4 coins de l’hexagone.